Le phare nommé H. Arendt

Un article  signé par G. Maissin sur le site de la revue POLITIQUE mérite le détour où l’on peut lire :

« Dans la mesure où les mouvements totalitaires ont germé dans un monde non totalitaire (en cristallisant des éléments qui s’y trouvaient, car les gouvernements totalitaires ne sont pas tombés de la une) le processus pour les comprendre doit clairement et avant tout, être un processus de compréhension de soi-même ». (H. Arendt)

 » Il ne suffit donc pas de répéter « plus jamais ça ! ».

Il faut comprendre pourquoi les failles et les renoncements de nos démocraties, le déni de justice sociale à grande échelle, l’oppression brutale qui s’abat sur des populations entières, les entorses à la plus élémentaire légalité internationale peuvent réactiver ces « tentations fortes ». Car « les solutions totalitaires peuvent bien survivre à la chute des régimes totalitaires » (H. Arendt) et réapparaître de façon inédite. Essayons de ne pas être surpris, cette fois-ci.

Bibliographie

Martine Leibovici, Hannah Arendt, une Juive. Expérience politique et histoire, Desclée de Brouwer, Paris, 1998

Hannah Arendt, Le système totalitaire,  au Seuil et Sur l’antisémitisme, chez Calmann-Lévy ainsi que l’ensemble de son oeuvre

Le totalitarisme ou le XXe siècle en débat, une anthologie de textes choisis et présentés par Enzo Traverso (Paris, Seuil, 2001).

http://politique.eu.org/spip.php?article329

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s